Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

mercredi 23 mai 2018

Nouveau livre : Organiser des Atelier Créatifs

Plus d'un an que nous travaillons dessus avec notre éditeur Eyrolles, et nos efforts, et ceux de tous les participants à ce livre, seront bientôt récompensés ! Nous ne l'avons pas encore en mains mais il nous tard de feuilleter notre nouveau guide à destination de ceux et celles qui souhaitent Organiser des Ateliers Créatifs. Cet ouvrage est destiné aux personnes qui souhaitent partager leur savoir-faire avec d'autres à travers des ateliers, des cours, des stages, des workshops. Pour cette occasion, nous avons interviewé une quarantaines d'entrepreneurs qui sont déjà passé à l'acte et qui partagent tous leurs conseils pour qu'à votre tour vous osiez vous lancer !

Il nous tarde de vous montrer l'intérieur mais en attendant vous pouvez déjà le commander en ligne sur vos sites habituels pour le recevoir le jour de sa sortie soit dans 8 jours !!!





mercredi 2 mai 2018

Petipeu rejoint le Carnet d'Adresses des Entrepreneuses Créatives



Nous accueillons dans notre Carnet d'adresses à destination des Entrepreneuses Créatives des professionnelles dont les prestations correspondent à leurs besoin notamment en terme d'accompagnement, de développement web ou encore de conception graphiste. 

Nous sommes ravies de compter parmi les graphistes présentes dans notre carnet : Mathilde, créatrice du studio de design graphique et de papeterie PETIPEU

Nous lui avons posé quelques questions pour mieux la connaître et mieux vous la présenter !





1. Comment a commencé l’aventure Petipeu et d’où vient ce nom ?

Après des études en communication visuelle, j’ai d’abord exercé en tant que graphiste dans plusieurs agences de communication parisiennes, travaillant sur des projets pour des clients plutôt variés : mairies, laboratoires pharmaceutiques, marques de cosmétiques, syndicats, cabinets d’avocats...

Au bout de plusieurs années, j’ai ressenti l’envie de créer quelque chose de plus personnel, qui me ressemblait davantage, et de marquer une rupture avec mes dernières expériences de graphiste. Etant donné qu’en parallèle de mes différents postes, j’ai toujours eu l’occasion de créer pour mon entourage (faire-part, cartes de vœux...), c’est tout naturellement que l’idée d’officialiser mes services et de créer ma propre ligne graphique s’est présentée.

La question du nom de ma marque s’est alors posée. Je souhaitais quelque chose qui représentait pour moi ce nouveau départ dans ma vie professionnelle. Ayant perdu ma mère en 2014, une de ses phrases me revenait constamment en tête : « Petit peu par petit peu, l’oiseau fait son nid ». Je trouvais que la manière dont elle avait modifié l’expression initiale, «Petit à petit, l’oiseau fait son nid», était encore plus parlante : en me lançant à mon compte, j’avais l’impression de repartir de zéro, et de devoir avancer « petit peu par petit peu » pour faire ma place dans ce nouveau monde, parfois impressionnant, qu’est l’entrepreneuriat. J’ai donc choisi le nom Petipeu, qui illustrait à mes yeux parfaitement ma démarche, tout en rendant hommage à celle qui est devenue aujourd’hui ma bonne étoile.

Née en février 2017, Petipeu m’a donc permis de proposer mes services en tant que graphiste et directrice artistique, à destination d’autres entrepreneurs, dans le cadre de la réalisation de leur identité visuelle (logo, charte graphique...) ainsi que de leurs supports de communication, et mes propres créations graphiques pour les particuliers (cartes de vœux, carnets, affiches, tote bags...).


2. Que préférez vous dans votre travail de directrice artistique ?

Aujourd’hui, me sentant pleinement à ma place dans cette nouvelle vie professionnelle, il est difficile pour moi de choisir ce qui me plaît le plus :) . Mais je dirais que l’aspect le plus gratifiant, ce sont toutes ces nouvelles rencontres avec mes clients, dont les univers et domaines d’activité sont tous différents les uns des autres. C’est passionnant de découvrir leurs projets, de les écouter décrire leur démarche, ce qui les motive et les inspire.

Quand j’étais salariée, j’étais rarement en contact direct avec les clients, le brief étant réalisé dans un premier temps par mon supérieur ou par un chef de projet. A présent, cette proximité et l’absence d’intermédiaire me permet de m’imprégner plus facilement de l’univers de la personne que j’accompagne. Lorsque je crée un logo, je dois d’abord apprendre à la connaître, afin d’apprécier le plus possible ses attentes, pour pouvoir l’accompagner dans la construction de son identité.

Ma double casquette de graphiste et d’entrepreneuse créative, à travers ma marque de papeterie, me permet de proposer mon expertise professionnelle, de me projeter plus facilement à la place du client, et d’imaginer les meilleures solutions créatives, comme s’il s’agissait de ma propre marque, tout en respectant les goûts et les valeurs propres au client et à son projet.


3. Quels conseils donneriez-vous aux entrepreneuses en pleine création ou refonte de leur marque ?

Je pense que le plus important, et parfois le plus délicat, est de bien vous connaître et de savoir ce que vous souhaiteriez exprimer à travers l’identité visuelle de votre marque, en vous posant les bonnes questions : Que souhaitez-vous faire passer comme message ? Quelle est l’essence même de votre marque ?

La difficulté réside dans le fait qu’il faut trouver le parfait compromis entre ce qui vous caractérise vous, et ce qui est susceptible de toucher votre cible. C’est ce qui rendra l’image de votre marque unique et qui vous permettra de vous démarquer de vos concurrents, sans trahir vos valeurs.

Vous faire accompagner par un professionnel de la communication vous permettra d’être guidée et de bénéficier d’un regard extérieur, afin de prendre suffisamment de recul sur votre démarche.



Un grand merci à Mathilde pour ces précieux conseils !

mercredi 25 avril 2018

Partenariat: Ouvrez votre boutique en ligne en quelques clics grâce à Commercité


Envie d'avoir votre boutique en ligne pour vendre vos produits et mettre en avant votre marque? Notre nouveau partenaire, Commercité, vous permet de créer et gérer facilement votre site e-commerce puis vous accompagne dans le développement de votre activité.


>> Spoiler: on vous offre un code promo en fin d'article ^^! <<

Nous vous avons présenté Commercité l'année dernière, à l'occasion de la fermeture d'Alittlemarket.

Comme nous le soulignions dans cet article, l'approche de ses fondatrices, Sigolène et Anaïs, fait totalement écho à notre manière de voir: leur objectif principal est en effet d'aider chaque membre à mettre en valeur SA marque propre, sans les noyer dans l'identité de la plateforme.

Avec la solution e-commerce Commercité, les créateurs et créatrices ont la possibilité de:
> mettre en place une e-boutique qui leur ressemble vraiment, et qui reste facile à gérer soi-même.
> valoriser leurs créations, qui ne sont pas mises en concurrence directe avec celles des autres boutiques,
> prendre la parole pour raconter les coulisses et les valeurs de leur marque,
> animer leur communauté de clients et de fans, notamment au niveau local, grâce à plusieurs outils: des newsletters automatiques, une messagerie et même un chat en direct, 
> bénéficier d'un accompagnement vraiment personnalisé et bienveillant pour tirer le meilleur parti de la plateforme,
> être mises en avant sur les réseaux sociaux de Commercité,
> bénéficier des partenariats et actions de visibilité mis en place par l'équipe de Commercité, qui négocie par exemple pour les créateurs des tarifs préférentiels sur les salons.

Toutes ces fonctionnalités, de même que les valeurs communes que nous partageons, nous ont conduit à décider de la mise en place d'un partenariat dans la durée. Nous allons notamment réfléchir à la création de programmes de formation spécifiquement destinés aux créateurs de Commercité.

Mais dès à présent, en tant que membre de la communauté des Entrepreneuses créatives, nous vous proposons de bénéficier d'une réduction de 25% (oui, c'est pas mal!) sur l'abonnement annuel à la plateforme, pour vous permettre de créer votre boutique. Pour un bénéficier, n'oubliez pas de mentionner le code promo CP25ENTREPRENEUSESCREATIVES

De son côté, pour fêter notre collaboration, Commercité vous permet de gagner deux exemplaires de notre dernier ouvrage Small business: Créer sa marque et son identité. Plus d'infos sur leur page FB et leur compte Instagram!

vendredi 20 avril 2018

RGPD: mettre votre entreprise et vos mentions légales en conformité (partie 2)

Comme promis, voici la suite de notre article d'hier sur l'impact de la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données RGPD sur vos mentions légales. Aujourd'hui, les experts d'Orson.io vous expliquent comment vous mettre en conformité.


Pour les entrepreneurs, qu’est ce que le RGPD implique ? Comment se mettre en conformité ?


Après avoir pris connaissance des nouveaux droits garantis aux citoyens européens en matière de protection des données personnelles, il est tout naturel de se demander ce qu’il faut en faire et comment se mettre en règle.


C’est pourquoi la CNIL a mis à disposition des entrepreneurs un guide de principes à suivre.

Les 5 principes énoncés par le guide de la CNIL:

1/ Nommer un(e) DPO

Ce principe n’énonce aucune obligation mais une recommandation. Le ou la DPO (Data Protection Officer) s'assurera de la conformité de l’entreprise pour laquelle il/elle travaille et encadrera pour cela tous les traitements de données. Ce sera donc l’interlocuteur/interlocutrice privilégié(e) en cas de contrôle de la CNIL.

2/ Tenir un registre du traitement des données

Il faut recenser les différentes données traitées selon le type de traitements exercés, la catégorie des données traitées, le but et la finalité des traitements, l’origine de ces données ainsi que leur destination s’il y a transfert et pour finir, les différents acteurs concernés par les traitements. À savoir que les sous-traitants aussi se doivent de dresser un registre de traitement de données.
Le but des analyses d’impacts (ou PIA) est d’encadrer et d’anticiper tous les risques que présente le traitement. Cette analyse devra renseigner:
>> une description du traitement et de ses finalités
>> une justification des moyens mis en place pour le traitement
>> une évaluation des risques de violation des droits et libertés des individus concernés
>> les actions mises en place pour anticiper et éviter ces risques.

C’est le responsable de traitement, les sous-traitants ainsi que le DPO (s’il/elle a été nommé(e)) qui seront chargé(e)s de mener ces évaluations.
À savoir qu’il faudra mettre à jour cette analyse d’impact régulièrement.

4/ Instaurer un  processus visant à favoriser la protection des données traitées en interne

Toutes les entreprises doivent garantir la mise en place de procédure de confidentialité et de sécurité optimale dès la conception d’un traitement. En cas de violation ou de fuite de données, la CNIL accorde 72h à l’entreprise pour l’en informer ainsi que les individus concernés par les données.

5/ Constituer un dossier prouvant la conformité de l’entreprise

Il est important de pouvoir prouver votre conformité au RGPD en cas de contrôle de la CNIL.

Pour cela, vous aurez besoin de constituer un dossier avec:
>> Votre registre de traitement
>> Vos éventuels PIA
>> Vos mesures de protection des données destinées à être exportées hors UE.
>> Vos modèles de recueillement du consentement.
>> Vos procédures relatives à l’accès et l’exercice des droits des individus quant à leurs données.
>> Les mentions mises en place sur votre site pour informer les personnes physiques de la récolte et du traitement de leurs données.
>> Tous les contrats, sans exception, entre les différents acteurs
>> Les procédures mis en place en cas de violation et/ou de fuite de données.

Sans une documentation complète, vous serez dans l’incapacité de prouver votre conformité.

Qu’est ce que le RGPD a à voir avec vos mentions légales ?

Avec le RGPD il ne suffira plus d’afficher une note informant de la récolte de données sur votre site. Il faudra adopter un comportement transparent et cela passe aussi par quelques modifications dans vos mentions légales. Ainsi, vous serez en parfait accord avec le RGPD.


Deux solutions s’offrent à vous:
>> soit vous réservez une partie de votre page de mentions légales aux traitements de données
>> soit vous dédiez une page entière de votre site à ce propos.


Dans tous les cas, il vous faudra y informer vos visiteurs de la récolte de données, préciser l’utilisation et la finalité de ces données ainsi que le temps de conservation de celles-ci.

Pensez aussi à mettre en avant les droits des individus sur leur données et les procédures d’application de ces droits.

Est-ce une bonne idée d’utiliser un générateur de mentions légales ?

A priori, les générateurs de mentions légales en ligne ont eu le temps de prendre en compte les nouveautés du RGPD dans leurs mises à jour. Mais puisque l’on n’est jamais trop prudent, nous vous conseillons de vous renseigner auprès de l’éditeur du générateur choisi afin de vous assurer de sa conformité juridique.


Mieux vaut éviter les mauvaises surprises !

Quels risques en cas de non-conformité ?

En cas de contrôle de la CNIL, s’il s'avère que votre entreprise n’est pas en conformité, vous encourez une amende d’une valeur de 20 000 000 € ou d’une valeur correspondante à 4% du chiffre d’affaires mondial de votre entreprise.


Ce sera le chiffre le plus élevé qui sera retenu comme sanction…


Inutile d’ajouter qu’en terme de réputation, l’impact risque d’être, lui aussi, dévastateur.


En bref, le RGPD, ce n’est pas si compliqué mais c’est important ! Cela demande d’investir du temps et de s’y pencher sérieusement.

jeudi 19 avril 2018

RGPD: quel impact sur votre entreprise et vos mentions légales (partie 1)

Voici quelques semaines, nous avions invité les fondateurs de la solution française de création de sites web Orson.io à nous expliquer comment soigner nos contenus pour avoir un site performant.

Aujourd'hui, nous leur ouvrons les colonnes de ce blog pour deux nouveau articles sur LE sujet d'actualité business du moment: le "RGPD", cette nouvelle législation sur la protection des données personnelles en Europe, qui va impacter toutes les entreprises!


RGPD pour Règlement général sur la protection des données: ces dernières semaines/derniers mois, difficile d'échapper à cet acronyme et aux interrogations (voire aux peurs qu'il suscite), surtout au vu des amendes records annoncées (jusqu'à 20 millions d'euros).



Bonne nouvelle: pour les petites entreprises, dont le coeur d'activité n'est pas le traitement de données (ce qui est sans doute le cas), ce n'est pas si compliqué de se mettre en conformité avec cette nouvelle législation qui entrera en vigueur le 25 mai prochain. Nous vous conseillons, outre ces deux articles, la lecture du guide pratique RGPD: Passez à l'action, publié cette semaine par la CNIL et BPI France.

Dans ce premier article, Orson.io nous explique ce que le RGPD change pour les citoyens et consommateurs européens, et donc pour les entreprises. Le deuxième article expliquera comment se mettre en conformité.


______

RGPD: votre entreprise est-elle concernée?

Avant de traiter le RGPD en profondeur, commençons par voir si vous êtes concernée.
Pour cela, sachez que, quelle que soit votre entreprise, que vous soyez représentante ou sous-traitante, petite ou grande entreprise, le RGPD vous concerne à partir du moment où vous:
>>traitez des données à caractère personnel,
>>disposez d’une entreprise domiciliée dans l’UE, même si les données sont traitées hors UE.
>> traitez des données de citoyens européens même si vous disposez d’une entreprise hors UE, comme Facebook

Vous pensez être concernée ? Alors, cet article est pour vous. On vous fait un récapitulatif des choses à savoir sur le RGPD et on vous aide à comprendre l’impact du RGPD sur vos mentions légales ainsi que l’attitude à avoir si vous souhaitez utiliser un générateur de mentions légales en ligne.
Bien entendu, cet article repose sur notre propre documentation, nos interprétations et sur les actions que nous avons nous même mis en place dans le cadre du RGPD.

Qu’est ce que le RGPD et pourquoi en parle-t-on autant?

Vous en avez sûrement entendu parler: “Comment se préparer au RGPD?” “Attention le RGPD arrive”. À croire qu’une attaque se prépare!

En réalité, RGPD est l’acronyme de Réglement Général sur la Protection des Données. C’est une directive européenne quant à la gestion des données personnelles qui vise à harmoniser la législation concernant le traitement de données dans toute l’Europe.

Cela fait peut-être moins peur qu’une attaque, mais le sujet incite tout de même à se poser de nombreuses questions. Surtout pour la professionnelle soucieuse de développer son business que vous êtes :

Qu’est ce que cela implique pour mon business ?
Est ce que cela me concerne ?

Deux questions qui concernent certainement une grande majorité d’entre vous qui exercent et développent leur business sur le web.

Le web est devenue une plateforme surpuissante ou plutôt un outil surpuissant. On y trouve plus de 1.4 milliard de sites internet dont une grande majorité à vocation professionnelle.

Or, pour amplifier et exploiter cet outil au mieux, de nombreux sites web récoltent et réutilisent des données personnelles sur leurs visiteurs.

Se pose alors une double question de moralité et de sécurité : est-il moral de récolter et utiliser des données personnelles et privées ? Ces données sont-elles en sécurité ?



Les internautes veulent savoir à qui et pourquoi ils fournissent leur données. Mais aussi pouvoir exercer un contrôle suffisant sur ces données qui leurs appartiennent. Un droit tout à fait fondamental qui fait écho à l’article 9 du code civil : le droit au respect de la vie privée.

Si en 1995 une directive avaient été adoptée pour tenter d’encadrer le développement des traitements de données à caractères personnel, cela n’a pas suffit à l’harmonisation des législations des états de l’Union Européenne. Raison pour laquelle l’application d’une règlementation est devenu nécessaire. Le RGPD entrera donc en vigueur dès le 25 mai 2018. Une date butoir qui approche à grand pas et qui explique tout le bruit créé autour du RGPD.

Qu’est-ce qui change avec le RGPD ?

En théorie, les entreprises ne devrait pas avoir trop de mal à respecter le RGPD puisque celui-ci ne fait qu’introduire quelques nouveaux droits non inclus dans la directive de 1995. Ceci dit, rare sont les entreprises qui respectent déjà cette directive. Alors autant dire que certains devront travailler dur pour respecter les anciens et nouveaux droits.

Les nouveaux droits introduits par le RGPD:

>> Le droit à la limitation du traitement permet à une personne physique d’exiger la limitation du traitement de ses données. En faisant jouer ce droit, la personne physique contraint l’entreprise à stocker ses données sans les utiliser. Ce droit ne peut se faire valoir que si le traitement est illicite et/ou si les informations récoltées sont inexactes.

>> Le droit à la portabilité veut que tout individu puisse récupérer toutes les données le concernant auprès de n’importe quel organisme pour les réutiliser comme bon lui semble.

>> Le droit à l’oubli, lui offre à tout individu la possibilité d’obtenir l’effacement de toutes les données le concernant auprès d’un organisme. Par retrait du consentement, par injustification des données récoltées, opposition au traitement, etc.

Il y a, cependant, quelques exceptions :

Le droit à la portabilité des données ne s’applique pas s’il s’agit d’un traitement nécessaire à l'exécution de missions du service public.

Le droit à l’oubli ne s’applique pas aux traitements répondant à des objectifs d’archivage scientifique, historique ou nécessaires à l’intérêt public.

Les anciens droits toujours d’actualité:

En plus d’ajouter des nouveaux droits, le RGPD en reprend certains, notamment :

>> Le droit à l’information, c’est à dire le droit d’être tenu informé dès lors qu’il y a collecte de ses données même si celles-ci ont été obtenus auprès d’une tierce personne. Prenez connaissance des informations à fournir à vos internautes.

>> Le droit d’accès, qui stipule qu’une personne à le droit d’obtenir une confirmation quant à l’état de ses données (sont elles ou non traitées ?) et une copie de ses données.

>> Le droit de rectification. Droit qui permet de demander à compléter ou à rectifier ses données.

>> Le droit d’opposition, qui consiste à pouvoir dire non à un traitement de données à caractère personnel, à tout moment. Ou à s’opposer à l’utilisation marketing de ses données.

>> Le droit à la communication d’une violation de données à caractère personnel. Droit qui oblige le responsable de traitement à prévenir toute personne dont les données auraient été violées.

Quelles données faut-il protéger ?

Le RGPD traite le sujet des données à caractère personnel. C’est à dire des données permettant d’identifier directement ou non un citoyen.

Les numéros de téléphone portable, les adresses IP, plaques d’immatriculation, numéros de sécurité sociale, représentent aussi des données à caractère personnel puisqu’il est possible de les utiliser pour remonter vers l’individu concerné.

On peut classer ces données en deux catégories:

D’un côté on a les données non-sensibles. De type nom, prénom, date de naissance, genre, etc.

Et de l’autre les données sensibles qui sont relatives à l’orientation sexuelle, la philosophie, l’opinion politique, ou encore à la santé d’un individu, aux domaines juridique ou pénal.

____

Rendez-vous demain pour la suite de cet article: comment mettre vos mentions légales en conformité avec le RGPD.