Bienvenue sur le blog des Entrepreneuses Créatives

lundi 11 septembre 2017

Pitimana : la plateforme française de vente pour créateurs

Depuis quelques jours, la plateforme A little market a fermé ses portes, obligeant des milliers de créateurs à "déménager". Si des alternatives existent, le choix pour les entrepreneuses touchées n'est pas toujours facile. Certaines y verront l'opportunité d'enfin lancer leur propre site web, d'autres préféreront continuer à fonctionner via une plateforme de vente en ligne. A ce sujet, nous avons souhaité vous (re)parler d'une plateforme franco-française : Pitimana créée par Anne en 2013. Elle répond pour vous à nos questions.



1. Peux tu me redonner l’histoire de Pitimana (sa genèse, étapes clés,….) ?

Pitimana est né d'une énorme envie d'entreprendre, les idées les plus folles me sont passées par la tête, puis c'est devenu une évidence que le fait-main était ce qui me correspondait le mieux. J'ai toujours créé pour moi-même puis avec le développement des DIY sur le net, je me suis mise à bloguer en 2010 pour partager entre autre mes coups de cœur créatifs et idées créatives. De premiers liens se sont tissés avec certaines créatrices, souvent isolées sur le net. J'ai donc eu envie de rassembler mes coups de cœur sur une marketplace pour donner une meilleure visibilité aux créatrices se sentant perdues sur Internet. J'ai tout de suite décidé de sélectionner les créateurs pour ne proposer que des articles de qualité et de bon goût.

Après 1 an de travail pour développer le site, Pitimana a été mis en ligne en juin 2013 ! L'union faisant la force, les créatrices se sont mobilisées pour en parler autour d'elles, et grâce à la communication de chacun, Pitimana n'a cessé de grossir,  tout en restant une plate-forme à taille humaine, mais reconnue dans le monde du fait-main.



2. En quoi ta plateforme se diffère-t-elle des autres ?


Pitimana est une plate-forme française gérée par une seule personne. Je reste donc très proche des créateurs et à l'écoute, je ne pense pas me tromper en écrivant que ce côté humain est très apprécié par les créateurs et les clients. L'autre force principale de Pitimana est la sélection de tous les créateurs, je me refuse de proposer des créations "bidouillées" ou de mauvaise qualité. L'objectif est d'avoir des clients satisfaits qui reviennent ! Les clients découvriront tous les jours des nouveautés sur Pitimana, parfois des exclusivités, des collections capsules, des créations uniques qu'ils ne retrouveront nul par ailleurs. 

Enfin, Pitimana est bien référencé sur le net et les réseaux sociaux.  Ses 4 années d’existence lui ont permis de s'imposer comme l'une des marketplace incontournables du fait main.

3. Compte tenu de l’actualité récente d’A Little Market, quels conseils donnerais tu aux vendeurs concernés par le transfert vers Etsy pour préserver leur business créatif  ?

Etsy est une belle plate-forme, la principale difficulté étant de rester visible parmi toute la masse de créations internationales. Cela peut-être une opportunité pour s'ouvrir à un autre marché que la France. Je conseillerai aux créateurs de tenter le transfert, voir comment cela se passe, mais ne pas hésiter non plus à tenter sa chance ailleurs, comme une autre market place plus frenchy comme sur Pitimana ;)

4. Quels conseils donnerais tu aux entrepreneuses créatives voulant rejoindre Pitimana ?

Je cherche toujours de nouvelles pépites créatives et fonctionne beaucoup au feeling. Pour rejoindre Pitimana, le plus important est de créer des articles de qualité, tendance, innovants, surtout pas du bricolage, ni de la copie. Et réaliser de jolies photos pour mettre ses articles en avant, c'est un point crucial également. La vente en ligne est très exigeante, un beau produit mal présenté ne se vendra jamais. Je suis la première cliente, si les photos de me donnent pas envie d'aller voir plus loin, cela ne sera pas concluant. Être créateur sur Pitimana, c'est faire partie d'une communauté motivée, engagée et sérieuse, alors n'hésitez pas à me contacter ! 


contact@pitimana. fr

jeudi 7 septembre 2017

Créer sa marque et breveter son concept

Jacqueline nous a contactées pour nous parler de son entreprise et de la marque qu'elle a crée avec sa mère. Née d'une expérience personnelle, son produit répond à un besoin sur le marché du linge de maison. Un domaine bien différent de celui dont nous avons l'habitude de parler ici sur ce blog. Et puis en creusant un peu sur son parcours, nous nous sommes rendues compte qu'il ressemblait fortement à ceux des nos lectrices. Et comme l'échange est toujours enrichissant, nous avons choisi de vous présenter cette entrepreneuses française qui a lancé sa marque de protection de couettes de lit : Neutralit. Un point important du développement de son entreprise : son produit est breveté ! Elle vous en parle et vous donne quelques conseils dans cette interview en trois questions :



1. Racontez-nous votre histoire, comment en êtes-vous arrivez à créer votre propre marque de linge de lit ? 

De nature observatrice et positive, j’imagine toujours plusieurs solutions pour une problématique. J’ai toujours rêvé de trouver la solution à un problème courant du quotidien en tant que femme ou en tant que maman. Des idées j’en ai notées beaucoup et celle-ci a répondu à une interrogation que j’ai vécue en tant que maman et le post apprentissage de la propreté du jeune enfant. Il arrive parfois qu’un événement perturbe les habitudes et l’assurance d’un jeune enfant pour moi ça été un déménagement et le changement d’école. Lorsque j’ai déménagé il avait 5 ans, nouvelle vie, nouvelle école c’était trop d’un coup, il a manifesté ce changement par une rechute de pipi au lit…. Comment faire sans couches culottes ?! Car il était inconcevable pour son épanouissement d’oser lui re-proposer la couche ! Solution alternative ?! Sans que l’enfant régresse Protégez le linge de lit difficile d’entretien et accompagner l’enfant en douceur durant cette période. Lorsque le linge de lit d’un enfant ou d’un adulte est mouillé, 2 programmes de lavages sont nécessaires (pyjama, housse de couette, couette, draps, taie d’oreiller, doudou etc…) avec un programme de lavage, vous pouvez prendre le risque de casser la courroie de l’appareil (250 euros réparations et 10 jours d’immobilisation, expérience vécue). Une couette sèche rentre dans la machine à laver mais n’a plus du tout le même poids une fois mouillée. Maman active, je n’avais pas le temps d’attendre que les 2 programmes de lavages finissent, les dépenses en eau et lessives étaient considérables (70 litres d’eau pour un cycle de lavage). Sans voiture les allers-retours au pressing ou Lavomatic très contraignants et couteux. En changeant son lit je me suis dit « tu protèges son oreiller, son matelas et il te manque une protection pour sa couette »…et voilà un produit qui manque à tous les parents, une housse de couette imperméable. Neutralit est née parmi une vingtaine de nom imaginés.

2. Quels obstacles avez-vous rencontrés et comment avez-vous su y faire face ? 

Lorsque j’ai décidé de franchir le pas et de créer mon entreprise, je me suis beaucoup documentée, informée, ai rencontré et visité les salons sur différents thèmes puis testé quelques réseaux professionnels de façon à mieux appréhender et connaitre mes capacités à porter et développer un projet innovant. Internet est une mine d’informations, j’ai croisé les différentes informations en tant que porteur de projet innovant, quelles sont les informations sur les obligations légales lorsque nous devons créer un site internet par exemple, un support de communication, la gestion financière et le développement commercial, les subventions ou les concours. On peut considérer un obstacle comme une information manquée, il est très important de s’informer sur tout ce qui gravite autour de la création avant de se lancer afin d’anticiper au mieux certains obstacles (minimiser certains risques) Prendre le temps de rencontrer les compétences nécessaires et surtout ne jamais perdre de vue les valeurs et les principes que chaque personne véhicule en elle. Garder à l’esprit l’image que l’on veut véhiculer et s’attacher solidement à celle-ci avec enthousiasme, confiance et persévérance. Le site de l’APCE est très complet pour connaitre les démarches notamment celle de l’idée à la création étape par étape. 

3. Vous avez fait breveter votre produit, pouvez-vous nous en dire plus sur les étapes à suivre et les erreurs à éviter afin d'aider les entrepreneuses qui nous lisent et ont aussi un produit à breveter ?

Avant que l’idée ne se concrétise, il faut s’informer, se renseigner sur l’éventuel existence du produit sur le marché. On peut avoir une idée mais celle-ci peut déjà exister au niveau national ou international. Une fois les recherches effectuées (parcourir les recherches sur les moteurs de recherches), si les résultats ne sont pas probants il est vivement conseillé de se rapprocher d’un conseiller à l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) ou un cabinet agrée INPI. Avant de se rapprocher d’un conseiller à l’INPI, il est intéressant d’analyser un peu le genre de questions que l’on peut trouver sur les forums de la protection industrielle afin de bien préparer ses questions et avoir des réponses complètes. Le conseiller est à même de vous informer sur la brevetabilité de votre idée, si celle-ci est recevable alors il faut tenter l’aventure. Il est également important de vérifier la disponibilité du nom de marque et de le déposer également si celui-ci est disponible. J’ai connu des créateurs ayant créé l’univers de leur marque et acheter le nom de domaine pour leur site internet sans se renseigner et s’apercevoir ensuite que le nom n’était pas disponible ce qui pouvait avoir des conséquences très lourdes sur l’avenir de l’entreprise, notamment des poursuites judiciaires. La contrefaçon ou la copie est un délit qui est lourdement sanctionné en France. 

vendredi 18 août 2017

Fin des activités périscolaires : un manque à gagner pour les animatrices d'ateliers créatifs

Le nouveau président avait évoqué l'assouplissement de la réforme sur les rythmes scolaires. C'est désormais chose faire : chaque commune a désormais le choix de revenir à la semaine de 4 jours. Les avis sont partagés - comme il y a quatre ans - sur la question mais un nombre grandissant de villes et village font machine arrière à la grande déception des animatrices et animateurs d'ateliers pour lesquels ces heures hebdomadaires représentaient une source de revenus permanente. 

Devant cette réalité, il est important de réagir pour compenser la perte de chiffre d'affaires annoncées. Voici quelques conseils et idées pour vous aider à réagir et à planifier vos ateliers créatifs pour l' année scolaire 2017-2018 qui s'annonce :
  • Rapprochez-vous de votre mairie pour leur proposer de continuer à animer des ateliers créatifs en dehors des heures d'école (après la classe, le mercredi, le samedi ou encore pendant les vacances scolaires)
  • Vous constituez un statut associatif à plusieurs: permettant souvent un accès plus facile auprès des mairies et des communautés de communes aux salles qu'elles possèdent et gèrent pour accueillir vos ateliers
  • Dotez-vous d'un site et d'un blog (si vous n'en possédez pas encore) pour afficher en ligne vos services, vos progammes, vos tarifs...
  • Contactez des commerçants (points de vente ou restaurateurs) qui pourraient vous accueillir pour des animations ponctuelles dans leur locaux


Organiser des ateliers créatifs représente un travail logistique et de communication important. Trouver la bonne formule, celle qui correspondra le mieux à votre public et vous permettra de dégager un revenu vous convenant. Nous avons mis sur pied un programme de formation pour vous aider dans cette démarche : que vous vous lanciez ou que vous soyez déjà en activité, notre contenu en trois parties (Organiser - Communiquer - Transmettre) vous permettra d'acquérir les clés pour vous sentir à l'aise et prête.

Notre prochaine session de formation en ligne sur le sujet aura lieu début 2018, si vous souhaitez être informée des dates exactes pour vous inscrire et participer, il vous suffit de nous laisser votre email en rejoignant la liste d'attente : ici !

jeudi 10 août 2017

Créative Magazine - Conseils de pro

Dans le nouveau numéro du magazine national Créative, vous retrouvez cette fois nos conseils de pros destinés aux mamans entrepreneuses pour qui l'été n'est pas une période facile ! Tout concilier en période estivale peut s'avérer être un exercice encore plus difficile qu'en pleine année scolaire... pour profiter de vos vacances, de votre famille sans pour autant stresser sur le développement de votre activité, nous vous conseillons la lecture de notre article. 



Disponible en kiosque.

jeudi 27 juillet 2017

Commercité: la plateforme qui chouchoute les anciens d'ALM

A la suite de notre article sur la fermeture d'Alittlemarket, nous avons été contactées par la plateforme française dédiée aux créateurs Commercité.com. Cet été, elle propose une offre promotionnelle réservée aux créateurs obligés de quitter ALM et à la recherche d'un nouvel espace de visibilité et de vente.




"Nous sommes une plateforme française de boutiques de créateurs, et non une plateformes de créations". Pour Sigolène, la fondatrice de Commercité, et Anaïs, la responsable de communication, la nuance est essentielle.

Ici, pas question de noyer les créateurs, de les faire disparaître derrière leurs créations. Au contraire, affirment-elles: "Commercité a pour ambition de mettre en avant les créateurs et leur univers, chez nous ils peuvent se positionner en tant que marques".

Les clients qui passent commande achètent directement au créateur et non à Commercité, tous les messages sont au nom de la marque. Chaque créateur est également répertorié en fonction de sa ville car nous souhaitons faire la promotion de l'achat de proximité et des communautés locales

Une ambition qui ne pouvait, bien évidemment, que résonner avec le message central de notre dernier livre Small business: créer sa marque et son identité.




Des créateurs sélectionnés avec soin et accompagnés


Commercité permet à ses membres de pouvoir créer leur espace en ligne dédié, qu'il s'agisse d'un site vitrine ou d'un e-shop, et met à leur disposition de nombreux outils de communication et de marketing qu'ils peuvent utiliser selon leurs besoins: blog, agenda d'événements, galeries photos et vidéos, newsletter, sondages, paramétrage de frais de livraison, création de codes promos...

Autre particularité de cette plateforme: chaque membre est soigneusement sélectionné par l'équipe de Commercité, qui privilégie le made in France et le fait-main. Elle est aussi attentive à la qualité des créations et la pratique de prix suffisamment rémunérateurs. Les boutiques sont ouvertes sur rendez-vous téléphonique et ne sont visibles que lorsque suffisamment de créations sont mises en vente. Finie la concurrence avec les revendeurs!

Autre avantage annoncé par la plateforme (et confirmé par Cathy, une ancienne créatrice d'ALM qui a ouvert récemment sa boutique Duo de bronze et d'argenté): la simplicité de la prise en main de l'administration de la boutique et la disponibilité de l'équipe pour venir en aide aux créateurs qui rencontreraient des difficultés.

Egalement dans une logique de soutien et d'accompagnement des créateurs français, l'équipe de Commercité leur propose également de les représenter via un stand et des documents de communication sur les événements dont la plateforme est partenaire, ou encore de les aider dans l'ouverture d'une boutique éphémère.


Une offre spéciale à destination des créateurs d'ALM


A la suite d'échanges avec des créateurs touchés par la fermeture d'ALM, Commercité a décidé de leur proposer une offre spéciale d'inscription, valable jusqu'à la fermeture définitive d'ALM, c'est à dire fin septembre:

Au lieu du tarif habituel de 450€HT/an, l'ouverture de leur boutique leur est proposée au tarif de 99,90€ la première année (les créateurs gagnent alors 2 mois d'abonnement sur l'année avec le code promo ALMCCFRP) ou de 9,99€ par mois (avec le code promo ALMCCFRMP) pendant 1 an. Pour les personnes qui récupèrent la TVA ces tarifs s'appliquent en HT et pour celles qui ne récupèrent pas la TVA ces tarifs sont en TTC, ainsi tout le monde paie la même chose. A partir de la 2ème année, la boutique coûte 249,90€ ou 24,99€ par mois.

Quant aux commissions sur les ventes, un taux de 8% s'applique au delà de 250€ de CA réalisé sur la boutique Commercité (un créateur qui réalise 400€ de CA ne sera commissionné que sur 150€).

Bénédicte, créatrice de bijoux en cuir sous la marque 1968 créations, est en train d'ouvrir sa boutique sur Commercité. Elle était présente sur ALM depuis l'automne 2016. "Ayant eu plusieurs sites à moi auparavant, j'appréciais le côté pratique et simple de la plateforme, même si on était facilement noyé dans la masse. Hors de question, donc, de transférer ma boutique sur Etsy, où ce risque est encore plus marqué". Elle hésitait à créer son propre site lorsqu'elle a été contactée par Commercité. Elle choisit finalement de rejoindre la plateforme pour y créer sa boutique.

"J'ai été séduite par l'interface, conviviale et claire. Je peux mettre ma boutique à mes couleurs, choisir mes catégories et sous-catégories, je peux mettre autant de photos que je le souhaite, elles défilent sous forme d'un diaporama très agréable visuellement. J'apprécie aussi le fait qu'outre la boutique proprement dite, j'ai accès à un blog pour raconter les coulisses de ma marque, à un onglet événement, aux coordonnées de mes clients et fans qui peuvent être informés automatiquement des nouveautés ou encore à une fonctionnalité tchat qui me permet de dialoguer très simplement avec eux. Enfin, le contact avec l'équipe est rapide et efficace".

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'offre de Commercité pour les créateurs d'ALM, n'hésitez pas à contacter Sigolène et Anaïs de notre part :)

mardi 4 juillet 2017

Fermeture d'A little market : comment réagir ?


Alittlemarket, place de marché française réservée aux créateurs du fait-main, a brutalement annoncé hier sa fermeture définitive. Une nouvelle choc pour les dizaines de milliers de vendeurs présents sur le site, qui s'interrogent sur leur avenir. L'occasion pour nous de revenir sur les avantages et inconvénients de ces plateformes de vente de fait-main et de vous donner quelques pistes pour rebondir.


Fermeture définitive des sites d'ALM (Alittlemarket et Alittlemercerie) d'ici à fin septembre: la nouvelle s'est rapidement propagée parmi les créateurs français, hier. Tristesse, inquiétude, colère: les réactions des utilisateurs ne se sont pas faites attendre et on comprend leur amertume quand on imagine les conséquences de cette fermeture pour les créatrices et créateurs dont les ventes online reposaient, parfois exclusivement, sur les outils de mise en ligne et de paiement de la plateforme.






Faut-il transférer sa boutique ALM sur Etsy?

Il y a trois ans, le leader français du fait-main a été racheté par le géant américain Etsy et, déjà à l'époque, les vendeurs de cette plateforme n'étaient pas tous convaincus du bienfondé de cette manoeuvre financière. Pourquoi continuer à garder deux entités distinctes quand on connaissait les objectifs de cette opération, conquérir le marché français répondant à un fonctionnement particulier qu'Alittlemarket avait su capter (lire cet article sur le Journal du Net)?

Les dirigeants d'ALM rétorquaient alors que les deux plateformes étaient suffisamment complémentaires pour cohabiter. Mais voilà, aux Etats-Unis, Etsy, entrée en bourse en avril 2015, a commencé à réduire ses effectifs fin 2016 et continue de tailler dans la masse salariale depuis...   Cet article aurait pu nous mettre la puce à l'oreille courant juin : "Etsy announces a second round of job cuts in little more than a month".

Même si votre anglais est approximatif, vous retiendrez cependant un mot : profits. Etsy doit désormais répondre aux exigences d'actionnaires et faire face à la concurrence d'Amazon, d'Ebay ou encore de Facebook et Instagram. Et les valeurs qui l'animaient au début - dont l'authenticité - se sont peut-être un peu perdues en route...  A vouloir toujours plus, à accepter les vendeurs non-déclarés, à autoriser le made in China, le risque est qu'Etsy connaisse, dans quelques années, le même sort qu'ALM.

La réalité c'est que ces plateformes au trafic important sont devenues des moteurs de recherche spécialisés. Devant l'engouement que le "handmade" et le "buy local" suscitent, les intervenants y sont de plus en plus nombreux et la visibilité pour chacun s'appauvrit à chaque nouvel entrant. Alors imaginez quand les dizaines de milliers de membres basculeront d'ALM vers Etsy...


Une opportunité: celle de prendre votre indépendance digitale

Quand ressortir dans les recherches Google pour un "petit créateur" était quasi impossible, Alittlemarket promettait visibilité et mise en avant pour les acteurs indépendants et isolés du marché. Avec sa disparition, le tableau paraît bien noir et pourtant cette actualité est une vraie opportunité. L'opportunité de prendre votre indépendance digitale. Quand vous vous posiez la question "Etsy ou ALM ?", vous voici désormais face à un autre choix : Etsy ou mon propre site?

Il faut bien le dire: Etsy, comme les autres places de marché ont des avantages: elles sont super pratiques quand on veut déléguer la fonction "vente" (et non la fonction commerciale, ne pas confondre les deux) de son business créatif. Être présent sur une plateforme évite d'avoir à investir dans sa propre boutique en ligne, de choisir un dispositif de paiement à distance. On est également guidé dans la rédaction de ses fiches produit. Et l'on bénéficie de l'audience et de la notoriété du site.

La véritable réflexion à avoir ne concerne pas tant le lieu de vente de vos créations que votre identité de créateur. Car que ce soit sur les moteurs de recherche ou sur les places de marchés (Etsy mais aussi Amazon Handmade - voir cet article du monde dont le titre est révélateur), le plus dur reste de sortir du lot. Pour cela, la solution que nous préconisons est "simple": créer et développer sa marque propre.


Créer sa marque et son identité

Pour ne pas être un vendeur parmi les autres, des petites mains dans l'ombre, pour éviter qu'à la question : "Oh il est chouette ton collier, tu l'as acheté où ?", la réponse soit le nom d'une marketplace et non le vôtre, il est important de vous pencher dès maintenant sur la création de votre marque et de son identité.

Notre nouveau livre, "Créer sa marque pour small business" (sorti le jour où Etsy annonçait de nouvelles réductions d'effectifs) développe justement ce point : celui de la différenciation quand les entrepreneuses créatives sont de plus en plus nombreuses à se lancer. Oubliez le lieu de vente en ligne, il n'est au final que votre tiroir caisse : que vous vendiez sur votre propre site ou sur un marketplace, il vous faudra de toute façon miser sur votre identité de marque, votre ADN, vos valeurs, votre histoire... tout ce qui fait que vous êtes vous et que vous valez la peine d'être connu.


extrait du mail envoyé le 03 juillet 2017 aux membres vendeurs 

mercredi 21 juin 2017

Créer sa marque et son identité : les premiers retours !

Small business : Créer sa marque et son identité sort demain 22 juin dans toutes les bonnes librairies. Tous les entrepreneurs et experts qui ont témoigné dans nos pages ont reçu leur exemplaire en avant-première. Et visiblement, ils apprécient ce nouvel ouvrage!

Vous aussi, n'hésitez pas à utiliser les hashtags #creersamarque et #entreprendreautrement pour partager vos photos et avis sur notre livre ^^



Une publication partagée par Michelle Mauricette (@michelle_mauricette) le
Une publication partagée par Visual Story Mapping 💡💭🖌💫 (@visualstorymapping) le